​Productions d'élèves

Poèmes 1R1 - juin 2017

Comme la rose ses épines brandissant,
Il se tenait devant moi, racontant sa vie.
Ses souvenirs, ses voyages passionnants.
Je voyais dans ses yeux cette belle magie.  

La puissance de ses dires m’hypnotisait,
Avec la musique s’échangeaient nos « je t’aime ».
Cette douce soirée des regards s’échangeaient.
Maintenant cet amour a fait place aux problèmes.
 
Comme le teint sanguin de cette belle fleur,
Symbolisant à la fois l’amour et l’ardeur.
J’ai dû avancer en oubliant les années.
 
Les souvenirs à deux me paraissent bien loin.
Recommencer une vie parfois insensée,
Évitant de penser à ses yeux si lointains.  
 
Jessica  

 

 

 


Comme un soyeux cerisier en train de mourir,
Elle perdait ses pétales, son avenir.
Ses pétales signifiaient les flammes de sa vie,
Ses flammes reflétaient ses désirs et envies.  

Durant sa jeunesse, elle vécut un amour fou,
Si intense qu’elle en avait perdu le goût.
Douleur et désespoir étaient ses mots fétiches.
Dans le domaine séduction, elle était fortiche.  

Aujourd’hui elle est ici, couchée dans son lit,
Admirant les roses embellies grâce à la nuit,
En se demandant combien de temps il lui reste.  

Et des cieux, elle entend cette voix céleste,
Elle comprend : c’est enfin l’heure de partir.
Elle rit et expire son dernier désir.  

Hemeden



Comme une lueur là, quelque part dans la nuit,
Comme un petit orage dans la sécheresse,
Comme une perle d’eau qui tombe sans un bruit,
Comme un rival qui te parle avec politesse,  

Comme une miette de pain dans la pauvreté,
Comme une solution dans une maladie,
Comme un geste d’amour dans l’agressivité,
Tout simplement comme un peu d’espoir dans la vie.  

Oui, l’espoir lui seul t’aidera à avancer
Mais, si un jour tu crois que plus rien n’est possible
L’espoir te montrera que rien n’est impossible.  

N’aie plus peur d’y croire et n’aie plus peur de rêver !
Suis ton cœur sur la très longue route fleurie,
L’espoir grandira comme une fleur de la vie.
   
Tania   

 

 


Les mouettes survolent le beau ciel clair.
Tous les matins très tôt le soleil qui se lève
De sa chaleur époustouflante étouffe l’air.
Dans le ciel les grands nuages blancs s’élèvent.  

Le poisson nage avec sa couleur si brillante.
Les coraux illuminent le fond de la mer.
Toutes les années la peur du requin me hante ,
Mais l’odeur de la mer respire le bon air.  

Quand vient l’été je me rayonne de bonheur
La permission de partir est une faveur
Aujourd’hui m’attend l’un des plus beaux des voyages.  

Hâte-toi de faire mon très joli bronzage
Et de me permettre d’éclabousser mes sœurs
Mais le temps passe et cela me brise le cœur.  

Monika  

Elle et Lui

 
La rose envahie de glace se méfiait,
Au plus profond d’elle, le phœnix se cachait,
Il allait lui délivrer cette force en elle,
Et réussit à ce qu’elle batte de ses ailes.  

Sa robe rayonnait d’agate et dansait,
Cette mémorable aventure commençait,
Elle observait les milles et une étoiles,
Et ses doux regards la recouvraient comme un voile.  

Elle était son unique étoile, l’infini,
Elle lui enseignait le bon chemin d’ici,
Il avait redécouvert l’amour grâce à elle.  

Puis, des mauvaises herbes ont poussé sur elle,
Il ne la chérissait plus quand elle fânait,
Désormais, cette rose est blessée à jamais.  

Michelle 


Tsunami des rires  

Ces rires incessants qui me bouleversent tant,
Ces sourires captivants sont tellement francs.
Je suis entrée dans leur tourbillon de folie,
Sans me douter qu’elles éblouiraient ma vie.
 
Elles me fixent avec leur air mystérieux,
Qui me fait perdre totalement mon sérieux.
Je ressasse nos souvenirs dans mes pensées.
Comment j’ai pu m’ouvrir à ses gens insensés ?  

Ton esprit a des qualités incalculables.
On reste fidèle à nos actes de malheur.
Ton caractère est pire que celui du diable.  

Je songe à ta sagesse qui provient du cœur.
Finalement, je remarque qu’on se ressemble.
Jamais j’oublierai nos moments passés ensemble !  

Lidia

 
Je peux t’offrir la mer mais je peux pas mixer
Nos cœurs. Même je t’emmènerai sur la lune.
Je veux pas de sentiment c’est trop compliqué.
Dans ma bulle solitaire seule lacune.  

Des maîtresses j’en ai pas qu’une donc attends.
Elle voulait la rose mais sans les épines.
Je ne te laisse pas, accorde moi du temps.
Le jour où j’ai vu cette belle Maghrébine.  

Certes j’ai fauté, mais je veux me rattraper.
Pourrais-tu m’accorder une dernière chance ?
Pourrais-tu me laisser une dernière danse ?

Sache que je ne pourrais jamais t’oublier.
Ça ne sera pas comme avant ça c’est certain.
Mais ça me suffit car l’amour est incertain.  

Thomas

 

Quatrains 1R1 - juin 2016

​Tu es une femme si radieuse.
Ton regard m'hypnotise tous les jours.
Quand je tombe dans une fosse affreuse,
Tu me donnes espérance et amour.

Tu es comme une douce lumière.
Je te vois pureté, tu es soleil. 
Tu es toujours pour moi la première.
Toi et moi nous sommes d'un moule pareil.

Océane

Grand-père, tu t'es envolé vers l'infini,
Avec tout ce temps, le manque n'est pas parti,
Je vois tous ces souvenirs qui nous qualifient,
Comme un merveilleux grand-père et sa petite fille.

Quand j'ai appris cette nouvelle, il faisait beau.
Collées sur le mur, collées toutes nos photos
Me rappellent nos souvenirs, me rendent heureuse,
Les photos montrent combien je suis malheureuse.

Erblina